03 février 2010

france info plus : Le mouvement évangélique s’enracine en France

C’est un mouvement de fond et durable, disent les spécialistes. L’église évangélique séduit de plus en plus d’adeptes, depuis quelques décennies en France : on recensait 50.000 protestants évangéliques après-guerre contre 450.000 aujourd’hui. Sébastien Baer s’est rendu à Mulhouse, en Alsace, dans l’un des plus grands centres évangéliques de France.

L’église de la Porte ouverte chrétienne est installée dans un ancien supermarché. C’est un vaste bâtiment blanc avec un grand parking car il faut de la place pour accueillir les fidèles. Chaque dimanche, environ 2.000 personnes assistent au culte. Main dans la main, on chante, on prie, on célèbre la parole de l’évangile.
Le lieu est sobre, on s’assoit sur des chaises, seule une croix disposée sur l’estrade rappelle que l’on se trouve dans une église. Depuis 1965, c’est Jean Peterschmitt surnommé "Papa Jean" qui accueille les fidèles. "On ne demande pas d’où ils viennent, ce qu’ils font, je prie pour eux, ils vident leur cœur, ils me disent ce qui ne va pas, un problème, une maladie et je prie pour eux. Certains sont heureux, d’autres critiquent et puis ils s’en vont, c’est ça la porte ouverte".

En plus de ses 2.000 adeptes revendiqués, la Porte ouverte chrétienne accueille chaque dimanche sur son site internet 4.000 personnes qui suivent en direct la retransmission du culte, ce qui en fait l’un des 3 ou 4 mouvements évangéliques les plus importants de France.

Engouement croissant

Les fidèles du culte évangélique représentent aujourd’hui un Protestant sur 3 et leur nombre ne cesse d’augmenter en France. Non seulement en Alsace mais dans toute la France et notamment dans le Nord, le Gard, les Bouches-du-Rhône et la Seine-Saint-Denis. Il se crée en France une nouvelle église évangélique tous les 10 jours, il y en a aujourd’hui 2.200 sur l’ensemble du territoire.
Sébastien Fath, chercheur au CNRS et spécialiste du protestantisme évangélique, voit plusieurs raisons à cette expansion. "Les églises mettent l’accent sur un Dieu qui guérit, qui fait du bien, qui relève celui qui est tombé. La liturgie est aussi très décontractée, on peut lever les mains, tomber en transe donc il y a un accent sur l’épanouissement physique lors du culte. On va aussi vous fournir plusieurs points de repères qui vont structurer la vie quotidienne et les choix à faire, un véritable code de la route simple et efficace qui va vous permettre de mettre en ordre votre existence".

Tous milieux

On croise ici des médecins, des ouvriers, des commerçants, des professeurs, des ingénieurs, toutes les classes sociales sont représentées. Il y a des jeunes et des moins jeunes. Ce qui frappe, c’est le nombre de récits de guérisons miraculeuses que l’on entend. Chaque fidèle ou presque a une histoire à raconter comme Claude Christoph, un ancien moniteur d’auto-école qui affirme avoir découvert sa "foi chrétienne" en assistant au culte du dimanche. "Je vois des gens transformés, libérés de la drogue et de l’alcool, des gens libérés de maladies parfois graves, donc ça m’intéresse. Ce n’est pas des gens qui me l’ont raconté, je l’ai vu, je l’ai constaté. C’est ça la différence avec l’église catholique. Je n’ai pas à la juger, mais à l’église catholique, je n’ai rien vu, je n’ai rien vécu".




Ecouter :
Comment expliquer le succès des évangéliques ? explications de Sébastien Fath, chercheur au CNRS et spécialiste du protestantisme évangélique (7'35")


L’église évangélique n’a rien d’une secte" Claude Christoph, fidèle depuis 25 ans de la POC de Mulhouse (2'54")


Jean-Marie Ribay, pasteur à la Porte ouverte chrétienne de Mulhouse (2'24")

Aucun commentaire:

Publier un commentaire